mardi 26 septembre 2006

B.B.

Aimer les animaux peut être un handicap dans une vie professionnelle, moi je vous le dis.
Quand j'arrive chez un client et qu'il a un animal, impossible de m'empêcher d'attirer la bestiole, à plumes, à poils, à écaille, peu me chaut!, il faut que je fraternise avec ce petit être dit "inférieur".
Pas très pro, quand même, de laisser échapper de temps en temps des "mimimimi" pour essayer de caresser un chat de gouttière...

5 commentaires:

tarmine a dit…

et tu fais payer la facture à qui? :))))

sel a dit…

Au contraire! ça amadoue le client, que tu t'intéresses à son animal! En fait, c'est de la conscience professionelle!(je dis ça sans avoir la moindre idée de ce que peut être ton travail)

sel a dit…

Au contraire, ça amadoue le client, que tu t'intéresses à son animal! En fait, c'est de la conscience professionelle!
(je dis ça sans avoir la moindre idée de ce que tu peux faire comme travail)
(et désolée si le comm est passé deux fois. Internet fait des siennes)

marmotte a dit…

En général les gens aiment bien qu'on s'intéresse à leur animal

traitdejupiter a dit…

tarmine > en général : par chèque au client humain, parce que mon banquier aime ce genre de "récompense". Je suis un peu comme un labrador, je pars chercher des sous et je les lui rapporte!

sel > cela me déconcentre quand même un peu, je le reconnais. Mais il est vrai que cela instaure aussi une relation plus agréable, et j'aime travailler dans ce genre d'ambiance pas trop "prise de tête"!
(plus de détails persos à la Blog Party, ok?)

marmotte > oui, je trouve que c'est poli, mais il faut vraiment que je me surveille, un jour je vais partir avec le chat sous le bras et laisser mes plans!